Université Etudiant - Formations, actualités et Erasmus

Bienvenue sur Université étudiant, l'université en ligne !

Rédigé par Céline, le 25 juillet 2012 22:01 -

L'université, centre de diffusion des connaissances

Les centres d'enseignement font rêver les hommes depuis des millénaires. Symbole du savoir et du pouvoir, à chaque époque et selon la culture du pays où elles étaient installées, ces écoles ont été au cœur de débats houleux concernant leurs objectifs.

Aujourd'hui encore, la fin de l'enseignement secondaire marque un moment crucial dans l'existence des jeunes du monde entier. La diversité des voies qui leur sont proposées génère des doutes et de nombreuses interrogations. Certains choisissent de débuter leur vie professionnelle alors que d'autres vont opter pour un enseignement plus ou moins long. En France, on recense 3 millions d'étudiants inscrits dans l'enseignement supérieur dont la moitié a choisi l'université.

Quelles sont les attentes d'un étudiant ? Comment l'aider à choisir le programme qui lui correspond ? Comment s'organisera sa nouvelle vie ? Quels sont les diplômes qui confirment chaque année d'étude ? Quels sont les coûts de ces études ?

Voilà quelques questions qui vont alimenter les discussions des parents et des étudiants durant quelques années.

La naissance des centres d'enseignement

La transmission du savoir est l'un des signes distinctifs des grandes civilisations. La plus ancienne institution que l'on connaisse est celle de la dynastie Yu en Chine ; elle remonterait à plus de 4 200 ans. La Grèce antique apporta beaucoup à ces espaces avec, entres autres, la fondation de l'Académie d'Athènes par Platon, en l'an 367 av. J.-C. et surtout la Bibliothèque d'Alexandrie qui deviendra un modèle universel. La disparition de cette institution légendaire reste un mystère historique.

Dès lors, le mouvement se diffusa lentement dans le monde et il donna naissance à des institutions mythiques : l'université de Nankin en Chine, en l'an 258 ou l'académie de Gundishapur en Iran, en l'an 271. Cette dernière est la plus ancienne école encore en activité. L'Europe a vu l'arrivée de l'université de Constantinople en l'an 425, suivie de l'École de Médecine de Salerne au VIIIème siècle. En 737, la prestigieuse université de Zitouna à Tunis fut la première université du monde arabe. Sur le continent américain, ce sont les Conquistadores qui fondèrent l'universidad de Santo Tomas de aquino en 1538 (République Dominicaine) ou l'universidad Nacional de San Marcos (Pérou).

Dès leur création, trois éléments principaux distinguent ces institutions :
  • Concentrer, copier et protéger les acquis intellectuels et artistiques de l'Humanité dans une bibliothèque, dans un musée ou dans tout autre espace qui s'adapte à l'œuvre définie.
  • Diffuser et enseigner ce patrimoine sans le mettre en péril grâce à des conservateurs, des maîtres et des étudiants venus d'horizons divers.
  • Développer la recherche en mettant à la disposition des savants des outils uniques et des espaces privilégiés.

Le modèle de l'université en France

En France, c'est l'université de Paris (1200) qui fut la première de ce type. Lors de la Révolution Française, les 22 universités existantes furent toutes fermées. C'est en 1808 que Napoléon Ier créa les facultés de théologie, de droit, de médecine et de Sciences et de Lettres.

En 1875, la loi Wallon autorisa la création d'établissements privés d'enseignement supérieur tout en leur refusant le droit d'utiliser les termes "université", "baccalauréat", "licence",… Il fallut attendre l'année 1896, pour que les universités réapparaissent. Leurs organisations et leurs essors ont été rythmés par au moins trois événements principaux :
  • Les révoltes étudiantes de 1968, lesquelles entraînèrent la Loi Faure qui bouleversa l'organisation de ces institutions. La gestion des unités fut confiée à des délégués élus parmi les enseignants, les étudiants, et des personnalités extérieures. Cette loi facilita l'interdisciplinarité et l'association de l'enseignement et de la recherche.
  • La loi Savary de 1984 poursuivit dans cette voie en créant la notion de "service public d'enseignement supérieur". Elle permit de rapprocher les universités et les grandes écoles. Elle rappela le caractère scientifique et culturel de l'enseignement en y ajoutant celui de la formation professionnelle.
  • La loi de programme pour la recherche de 2007, présentée par Valérie Pécresse, tend à doter les universités d'une autonomie totale de la gestion de ses budgets et à fonctionner comme une entreprise privée dont les fonds peuvent être alimentés par des organismes externes.

Bien se préparer à son entrée à l'université.

Chaque année, en France, 150 000 bacheliers s'inscrivent dans l'une des 80 universités qui sont réparties sur le territoire national. La plupart de ces étudiants ont obtenu un bac qui leur ouvrent les portes de certains enseignements spécialisés. L'une des options qui facilite leur choix est l'inscription à l'aPB (admission Post Bac) et les entretiens d'orientation. Certaines filières sont saturées et les places y sont limitées.

L'université est un monde où la gestion du temps, l'autonomie et la volonté d'améliorer ses connaissances sont les facteurs essentiels de la réussite. Comparés à la classe de terminale, les cours sont moins nombreux et ils ne sont pas tous obligatoires. La première année est souvent pluridisciplinaire, on y aborde donc des enseignements généraux. Des étudiants plus aguerris se proposent comme tuteurs pour aider les nouveaux venus à trouver leurs marques et repenser leur voie d'enseignement si le besoin s'en faisait sentir. La plupart des examens se font sous forme de contrôles continus qui obligent l'étudiant à travailler tout au long de l'année.

Les diplômes d'État de l'université

Il existe différents niveaux de diplômes qui s'acquièrent selon le nombre d'années d'études. Chacune de ces années est divisée en 2 semestres qui sont eux-mêmes sanctionnés par un examen continu ou un examen final (selon l'université et la spécialisation). L'étudiant qui réussit un semestre se voit attribuer 30 crédits. Ces crédits s'uniformisent selon un principe qui permet leur validation à l'intérieur de la communauté européenne.

- Le DUT (diplôme universitaire technologique) se prépare durant deux années dans un IUT (institut universitaire technologique). Le bac obtenu doit être compatible avec la spécialisation choisie. Généralement, la sélection s'effectue sur dossier et certains établissements demandent de passer des tests complémentaires. Les bacheliers issus des filières technologiques ayant obtenu une mention "bien" ou "très bien" sont admis de droit.

Ils pourront choisir parmi 44 spécialités. Il faut compter 35 à 40 heures de cours par semaine, auxquels la présence est obligatoire. De plus, il faudra fournir beaucoup de travail personnel à la maison. Le DUT offre les avantages de l'université mais les étudiants bénéficient d'un soutien pédagogique et méthodologique plus important. Le DUT est prévu pour une intégration professionnelle, ce qui explique les 10 à 12 semaines d'apprentissage en entreprise. Cependant, près de 80 % des étudiants préfèrent poursuivre leurs études en se dirigeant vers une licence. Le DUT s'inscrit dans le schéma européen LMD (licence, master, doctorat).

- Le DEUST (Diplôme d'Études Universitaires Scientifiques et Techniques) se prépare durant deux années dans une université. On recensait une cinquantaine de DEUST différents en 2011 ; ils se conçoivent comme une intégration au monde du travail dans les secteurs industriels et tertiaires. Les DEUST sont ouverts aux titulaires du bac, sauf quelques rares exceptions accessibles après un bac +2.

- La licence se prépare en 3 ans ou 6 semestres. On qualifie la première année de L1, la deuxième de L2 et la troisième de L3. On différencie deux types de licence :
  • Les licences professionnelles s'adressent aux titulaires d'un DUT, d'un BTS/a, d'un DEUST ou ayant validé les 4 semestres d'une L2. L'admission est sélective et les effectifs sont restreints. La licence pro s'adresse aux étudiants souhaitant acquérir un niveau de qualification supérieur ou une spécialisation très pointue dans leur domaine. Elles se préparent dans les IUT, dans les lycées, dans les CFA (Centres de Formation d'apprentis) ou dans les unités de formation des universités. La formation en alternance y est une formule très habituelle. La grande majorité des diplômés d'une licence pro rejoignent la vie professionnelle.
  • Les licences générales sont considérées comme les véritables premiers jalons des études longues. Les licences sont accessibles aux titulaires d'un bac ou de son équivalent (DaEu). Il n'y pas d'examen d'entrée en dehors de quelques licences très demandées et dont les places sont limitées. Il faut compter entre 20 et 30 heures de cours par semaine et beaucoup de travail personnel.
    La 1ère année est considérée comme une année pluridisciplinaire ; la 2ème année consolide les connaissances tout en approfondissant la spécialisation ; lors de la 3ème année, l'étudiant accentue sa spécialisation selon son projet professionnel. Les licences couvrent une trentaine de domaines différents dont on peut citer le droit, les sciences politiques, les lettres, l'art, la théologie, le sport ou l'économie. Il faut noter que 39 universités françaises proposent des cours à télécharger sur internet. La licence est acquise une fois que les 180 crédits sont confirmés. Il est possible de stopper puis de reprendre ses études sans perdre les crédits déjà acquis. Après une licence, on peut se lancer dans la vie professionnelle ou poursuivre ses études à l'université en faisant un master. Certains s'inscriront au concours d'entrée des grandes écoles.

- Le master valide la cinquième année d'étude. Il peut se faire dans une université ou dans une grande école. La première année est appelée M1 et la deuxième M2. Elle est ouverte aux étudiants ayant un diplôme dit bac +3. La deuxième année est accès sur une intégration dans la vie professionnelle ou sur la poursuite de recherches qui conduisent vers le doctorat, vers une école d'ingénieur ou une école de commerce. Il faut alors préparer un master spécialisé ou un MBA (Master of Business and Administration). Pour obtenir son master, il faut parler une deuxième langue vivante.

- Le doctorat se prépare en 3 ou 4 ans. Ce sont les universités qui décernent ce diplôme. Pour s'inscrire en doctorat, il faut être titulaire d'un master ou de son équivalent. L'étudiant doit écrire puis soutenir une thèse unique et originale qui peut porter sur tous les domaines : histoire, littérature, économie, sciences humaines,… Durant ces années de recherche, il profitera d'un encadrement scientifique et des conseils d'un directeur de thèse. Des dispositifs spécifiques permettent aux entreprises françaises de profiter d'une subvention lorsqu'il embauche un doctorant.

Quels sont les coûts de l'université ?

Les droits d'inscription de l'année 2012-2013 sont les suivants :
  • Licence : 181 euros
  • Master : 250 euros
  • Doctorat : 380 euros
  • Diplôme d'ingénieur : 596 euros
  • Le ticket de restaurant universitaire : 3.10 euros
  • Le droit de participation aux dépenses de médecine préventive : 4.57 euros
Il faut ensuite prévoir des frais additionnels propres à chaque université et au type de spécialisation choisie. Pour ceux qui s'éloignent de leur famille, le choix de l'habitat, le transport et les soins médicaux seront des variables incontournables.

Lire la suite de Bienvenue sur Université étudiant, l'université en ligne !

Mots clés : université, master, doctorat, licence, deust,